text size

Top comments

{{ annotation.praises_count }} Likes
{{ annotation.creator_alias }}
{{ annotation.creator_score }}

There are no comments yet. Be the first to start comment or request an explanation.

Quentin Ludwig Comprendre le judaïsme © Groupe Eyrolles, 2004, ISBN 2-7081-3528-7 Comprendre le judaïsme Abraham Abraham1c est le père des trois religions monothéistes : le judaïsme, le chris- tianisme et l’islam. Selon les traditions de ces trois religions, Abraham (Ibrahim, pour l’islam), est le premier homme a avoir perçu intuitivement ce qu’était le monothéisme, on dit de lui que c’est un hânif. Pour les Juifs, Abraham est le premier des trois Patriarches. Pour le situer historiquement, les Juifs disent qu’il y a eu dix générations entre Adam et Noé et dix autres générations entre Noé et Abraham. Abraham, notre père Abraham est le point de départ des reli- gions monothéistes. S’il appartient incontestablement à la religion juive, en est-il de même pour les autres religions ? On sait que Mahomet, soucieux d’établir des racines pour la nouvelle religion, octroya à Abraham la distinction de hânif et de « premier musulman ». Pour les chrétiens, le problème était plus com- plexe. Comment édifier son identité, se donner des racines, construire sa mémoi- re, en établissant la filiation avec Abraham tout en rejetant la circoncision (laquelle, aux premiers temps du chris- tianisme, posait réellement problème – voir page 99). Saint Paul, dans son Épître aux Romains, a résolu le problème en proclamant qu’Abraham est le père de tous les croyants circoncis ou incir- concis : « Abraham crut à Dieu, et cela lui fut imputé à justice (…), il reçut le signe de la circoncision comme sceau de la jus- tice qu’il avait obtenue par la foi quand il était incirconcis, afin d’être le père de tous les incirconcis qui croient, pour que la justice leur fût imputée » (Épître aux Romains 4.3.11). Brève biographie Selon la tradition, Abraham naquit en l’an 1948 du calendrier Juif ; c’est-à-dire en l’an -1812 de l’è.c. (son histoire est racontée dans la Genèse à partir du cha- pitre 12). Il vécut en Mésopotamie (l’ac- tuel Irak) jusqu’à la mort de son père. Vers cette époque, il reçut de Dieu, à soixante quinze ans, l’ordre de quitter la Mésopotamie pour se rendre, lui, sa femme (Sarah) et sa tribu vers le pays de Canaan (actuellement Israël). Dieu lui confirma : « Je ferai de toi une grande nation ». Pour ses quatre-vingt ans, Sarah, infé- conde, lui offrit pour présent, comme concubine, sa servante Agar. C’est Agar qui lui donna son premier fils Ismaël (dont se revendiquent les Arabes). Plus tard, Dieu se manifesta encore à lui (il avait 99 ans) pour lui donner l’ordre, en signe d’Alliance, de se circoncire et de faire de même pour sa famille, ses esclaves et tous ses descendants. 20 e u q i t a r P s e l l o r y E © Hânif Les arabes désignent comme étant hânif celui qui aspirait au monothéisme alors qu’il n’existait pas encore de religion monothéiste ou celui qui pratiquait le monothéisme avant la descente du Coran. Ce monothéisme pouvait être soit « naturel » soit celui d’une religion (christianisme, judaïsme, etc.). Ainsi, le premier humain à mériter cette distinc- tion fut Abraham qui « a été un guide, un homme docile à Allah, un hânif et il n’a pas été parmi les Associateurs ». (Coran Sourate XVI, 120). Dans le Coran, l’islam est même dési- gnée comme la religion d’Abraham (millat Ibrahim). Il est cependant à noter que ce n’est que tardivement que Mahomet accorda à Abraham la distinction de premier musulman. On suppose que c’est après ses controverses avec les Juifs qu’il voulu donner à l’islam la priorité sur le judaïsme (fondé par Moïse) et sur le Christianisme (fondé par Jésus). Pour ce faire, il eut l’idée riche de conséquences d’instituer le Patriarche de l’Ancien Testament en tant que fondateur de l’islam. Il est intéressant de noter que c’est sa confrontation avec les païens puis avec les Juifs qui conforta Mahomet dans son monothéisme et lui fit rechercher pour l’islam une prestigieuse généalogie. Après cette alliance, Dieu voulut qu’Abraham eut un fils de sa femme légi- time et il le lui confirma. La tradition dit qu’effectivement Sarah (90 ans) enfanta peu de temps après et lui donna (alors qu’il avait 100 ans) un fils, Isaac. Sur l’insistance de Sarah, maintenant mère, Abraham chassa Agar et son fils Ismaël dans le désert (la fuite d’Agar et sa recherche d’un peu d’eau pour sauver son fils fait partie du cérémonial du pèle- rinage à La Mecque, avec l’arrêt à la sour- ce de Zamzam). Abraham Le père de toutes les religions monothéistes était vraisem- blablement un simple berger. e u q i t a r P s e l l o r y E © Agar Agar, la concubine d’Abraham, lui a donné son premier fils : Ismaël. Le per- sonnage Agar mériterait d’être analysé de manière plus approfondie car outre le fait qu’elle soit la première femme à donner un enfant à Abraham, le Patriarche des trois religions mono- théistes, c’est aussi le premier person- nage biblique qui reçoit la visite d’un messager de Dieu. En outre, bien que chassée par Abraham, sur ordre de Sarah mais avec la complicité de Dieu, ce dernier l’aide à trouver de l’eau dans le désert et lui assure qu’elle aura une importante descendance. L’histoire d’Agar peut se lire comme un Exil lequel connaît encore ses prolon- gements de nos jours. Bien entendu, les musulmans ont également leur propre lecture de la détresse d’Agar (voir à ce sujet l’ouvrage, Comprendre l’islam, dans la même collection). 21 Abraham Le sacrifice d’Isaac Ce sacrifice — effectué à l’endroit où se dresse aujourd’hui le Dôme du Rocher, à Jérusalem — est revendiqué par toutes les religions monothéistes. Les Juifs ne parlent pas de sacrifice mais plus exacte- ment de « ligature », les chrétiens voient en lui le sacrifice du Christ, les musulmans pensent que c’est Ismaël qui aurait été sacrifié mais le Coran (37, 102-109) ne cite aucun nom. Le sacrifice d’Isaac (Aqèdat Yitshaq = ligature d’Isaac) Plus tard encore, Dieu exigea d’Abraham qu’il sacrifie, sur le mont Moriah, son fils Isaac (lequel était déjà adulte et acteur consentant de l’holocauste). Au dernier moment, un ange arrêta le bras d’Abra- ham. Dans un geste dramatique, Dieu voulait, sans doute, indiquer à son peuple que, contrairement aux idoles, il n’acceptait pas les sacrifices humains. En contrepartie, Abraham sacrifie à Dieu un bélier. Pour les musulmans, ce n’est pas Isaac qui devait être sacrifié mais Ismaël. C’est ce sacrifice que les musulmans célèbrent sous le nom de grande fête ou d’Aïd el- kébir. Mort d’Abraham La tradition dit qu’Abraham mourut à l’âge de 175 ans. Comme sa femme (et plus tard les autres Patriarches), il est enterré dans la grotte de Makhpélah, à Hébron (en Cisjordanie, Palestine). L’héritage d’Abraham Père du peuple Juif. Père de l’islam. Père de la religions bahaï (par Quétoura, l’épouse qu’il prit à la mort de Sarah). Fondateur du monothéisme. Premier hânif, premier circoncis en signe d’allian- ce avec Dieu, premier musulman. Les titres de gloire de ce simple berger ne manquent pas. Signalons encore que selon la tradition juive, c’est lui qui insti- tua la prière du matin. e u q i t a r P 22 s e l l o r y E © Les Patriarches Ce sont les fondateurs du peuple Juif. Il s’agit d’Abraham, d’Isaac et de Jacob. Ils sont tous les trois enterrés à Hébron (grotte de Makhpélah). On connaît l’épreuve d’Isaac, le second fils d’Abraham. On connaît également la transaction commerciale de Jacob, le second fils d’Isaac. Il rachète à son frère aîné (Esaü) son droit d’aînesse contre un plat de lentilles puis, par ruse, aidé par sa mère, il obtient de son père, aveugle, la bénédiction qu’il réservait à son aîné. Jacob aura douze fils qui donneront les douze tribus d’Israël… Son préféré est Joseph, lequel est vendu par ses frères… mais fait fortune en Égypte et y fait venir toute sa famille. Abraham découvre le dessein de Dieu envers Sodome « Anéantirais-tu, d’un même coup, l’innocent avec le coupable ? » (Genèse 18, 23) Abraham intercéda de nombreuses fois auprès de Dieu pour qu’il épargne les habitants de Sodome mais la ville ne comptait même pas dix Justes. 23 e u q i t a r P s e l l o r y E ©